Échanges et conseils en électricité

réaliser, modifier, dépanner, s'informer...

Commenter | Recommander | Partager
 Par , publié ou actualisé le 25 mars 2011
 Rubrique "Schémas électriques - Eclairage"

Détecteurs de présence - Partie II

Le présent document fait suite à notre première publication sur les détecteurs de présence ou figurent les schémas de raccordement de base.
Dans cette seconde partie nous allons inclure des commandes manuelles d’arrêt et/ou de marche forcée de sorte à empêcher ou à l’inverse forcer l’alimentation des lampes.


Détecteur de présence avec marche forcée

La marche forcée consiste à ajouter une commande manuelle pour forcer l’alimentation de nos lampes ou autres appareils électriques.
Plusieurs possibilités nous sont offertes, la plus simple et la moins onéreuse étant la mise en place d’un interrupteur de type simple allumage, raccordé entre la phase et le retour de lampe ici en orange.

détecteur avec interrupteur mache forcée

Lorsque l’interrupteur est fermé la phase regagne directement les lampes sans tenir compte du détecteur. En cas de détection la fermeture du contact interne au détecteur n’aura aucune incidence sur le fonctionnement.

Exemples d’applications plus complètes avec marche forcée du même type

détecteur horloge et interrupteur
Le schéma ci-contre inclut une horloge. L’interrupteur doit être comme énoncé plus haut relié entre phase et retour de lampe, cette fois représenté en violet. Le fil orange ne regagne pas les lampes mais se contente de relier les contacts du détecteur et de l’horloge.








détecteur contacteur et interrupteur
Cet autre schéma illustre l’association de plusieurs détecteurs avec une commande par contacteurs de puissance. L’interrupteur toujours relié à la phase d’une part dessert dans le cas présent les bobines des contacteurs (bornes A1) et non plus les lampes.










Marche forcée par un système va-et-vient

Le principe du câblage pour un allumage par interrupteurs va-et-vient est le même que précédemment. L'ensemble des deux interrupteurs forment une entité qui équivaut à un seul interrupteur avec toujours une arrivée (ici en rouge) et un départ (orange), à ceci près que ces deux fils sont envoyés à deux endroits différents puisque deux interrupteurs, reliés entre eux par les navettes (en noir).


détecteur de présence avec interrupteurs va-et-vient


Pour les câblages plus avancés comme l'ajout d'une horloge ou l'alimentation via un contacteur reportez-vous aux schémas précédents (avec interrupteur classique) en appliquant ce même principe. L'ensemble des deux interrupteurs va-et-vient vient en lieu et place de l'interrupteur de type simple allumage.


Détecteur avec commande d’arrêt

Il peut être tout aussi intéressant de bénéficier d’une commande d’arrêt, le temps par exemple que Rex se dégourdisse un peu dans le jardin avant l’heure du couché. Il n’y a pas de petites économies surtout lorsqu’il s’agit d’un rituel journalier.
Comme pour une commande de marche forcée un simple interrupteur de type simple allumage suffit, placé en série entre la sortie du détecteur et les lampes.

schéma d'un détecteur avec commande d'arrêt


Nous pourrions placer cet interrupteur entre le disjoncteur et le détecteur, seulement nous serions confronté à un nouveau cycle du détecteur à chaque remise sous tension. En d’autres termes les lampes s’allumeraient chaque fois que nous replacerions l’interrupteur en position « marche » pour la durée de la temporisation définie. Nous verrons plus loin qu’il est possible de tourner ce cycle de démarrage à notre avantage avec une commande par boutons poussoirs pour un allumage temporisé.

La commande d’arrêt combinée à la marche forcée


détecteur avec arrêt et marche forcée


Ce schéma est fonctionnel mais peu pratique car nous avons là deux commandes distinctes qui interagissent sur le fonctionnement de l’ensemble. Admettons que l’on veuille mettre en marche forcée : « Zut l’autre inter était à l’arrêt », appuis sur l’autre interrupteur. Inversement, nous enlevons la commande d’arrêt et nous apercevons passé 30mn que l’autre inter était en marche forcée. Résultat les lampes ont été allumées pour rien.

Voyons une manière plus « pro » et surtout plus fonctionnelle d’opérer, avec cette fois un seul interrupteur remplissant nos 3 fonctions : Arrêt - Marche automatique – Marche forcée

Commande marche/arrêt par interrupteur 3 positions

Nous utilisons dans l’exemple qui suit un interrupteur rotatif 3 positions. Il existe d’autres types d’interrupteurs 3 positions mais celui-ci nous est paru être le plus judicieux, permettant d’avoir un aperçu de l’état de notre petite installation sans ajout de signalisation.

Ce type d’interrupteur (ou commutateur) ne se trouve généralement pas dans les grandes enseignes de bricolage. Il faudra le commander en ligne ou se rendre dans un magasin spécialisé de type « comptoir électrique ». Certains ne vendent qu’aux professionnels aussi mieux vaut par précaution appeler avant de se déplacer.
Ces interrupteurs sont composés en plusieurs parties et sont modulables. Il faut un support (étrier) pouvant accueillir au moins deux contacts (blocs NO et NF) et notre interrupteur 3 positions fixes (il en existe avec rappel au centre donc ne pas se tromper), le tout dans une boite à boutons 1 trou.

interrupteur rotatif 3 positions

Les références Legrand sont fournies à titre indicatif. En cas de doute sur le choix des matériels vous pouvez imprimer et présenter l’image ci-contre à un vendeur qui sera alors en mesure de vous fournir l’équivalent dans une autre marque.



Si la boite ne vous paraît pas suffisamment esthétique ce type de bouton prévu pour être installé en façade d’armoire peut tout aussi bien se loger dans un boitier encastré d’intérieur avec une plaque pleine percée au bon diamètre (à condition que la profondeur du boitier soit suffisante). L’encombrement peu dépendre des fabricants.












Venons-en à nos branchements. Deux schémas vous sont proposés…

Le 1er avec position automatique (allumage par détecteur) au centre. L’interrupteur doit dans ce cas précis être équipé d’un contact NF pour la position 0 (arrêt) et d’un contact NO pour la position 1 (marche forcée).

détecteur avec inter 3 positions : auto, marche forcée, arrêt


L’état des contacts est représenté selon la position choisie. On voit par exemple sur celui du haut à droite qu’en position 0 les deux contacts sont ouverts (aucun retour possible vers les lampes), et qu’en position 1 les deux sont fermés, l’un d’eux envoyant la phase directement aux lampes.

Nous ne sommes pas limités à celle seule disposition de l’interrupteur. Si l’on préfère avoir par défaut l’inter sur la position  0 et au centre, les deux contacts seront alors de type NO. Voir schéma ci-contre.


C’est le principal avantage des interrupteurs modulables en plus du fait qu’ils soient étanches car destinés à des applications industrielles. Ils sont aussi robustes, et si toutefois il y avait une anomalie seul l’élément en cause serait à remplacer.

Commande par boutons poussoirs

Dernier volet de cette deuxième partie consacrée au détecteurs de présence, nous allons maintenant tirer profit de leur mode de fonctionnement qui tous semble-t-il amorcent un cycle d’allumage à chaque remise sous tension.

L’idée est donc de simplement interrompre l’alimentation du détecteur et ainsi forcer l’allumage temporisé des lampes. Nous simulons en quelque-sorte une détection en faisant l’économie d’une minuterie (voir plus loin pour l’emploi d’une minuterie).


détecteur avec commande par boutons poussoirs


Comme indiqué sur ce schéma les boutons poussoirs doivent être normalement fermés (NC ou NF) de sorte à ce que l’alimentation du détecteur soit assurée en permanence et rompue à chaque pression sur l’un des boutons poussoir (placés en série).

Dans le cadre d’une rénovation ou des boutons poussoirs sont déjà en place avec une minuterie (cage d’escalier par exemple) il ne faut surtout pas procéder de la sorte d’autant que vous êtes déjà équipé d’une minuterie. Le détecteur est dans ce cas très simple à ajouter. L’utilisation d’une minuterie est d’ailleurs tout aussi valable pour du neuf.

détecteur avec minuterie et boutons poussoirs

Vous pouvez vous référer à notre autre publication sur le raccordement des minuteries pour plus d’informations (autres modèles).

Un grand merci à Firmin pour sa contribution à la préparation de cet article.
Imprimer
Imprimer
Partager
Twitter Facebook
Recommander
 

 
28 commentaires, 12 affichés
Afficher les premiers commentaires ...
le 27 avril 2011 à 16h27
Zaqen
Bonsoir,
Ne manque-t-il pas un paragraphe sur le réglage du détecteur ?
Réglage de la distance de détection, temps de luminosité etc... ?
le 02 mai 2011 à 10h33
Invité
Excellent article qui propose une vrai alternative aux systèmes halogène/détecteurs vendu en magasins, et je l'espère, une économie. Pour ma part j'ai trouvé les réponses à mes questions.

A bientôt
le 16 mai 2011 à 13h32
Invité
Bonjour, dans votre schema avec la marche forcé, que se passe t il si quelqu'un actionne l'interrupteur alors que le détecteur est en marche ? la phases est aux 2 bornes de l'interrupteur : Court circuit.
le 16 mai 2011 à 15h45
Invité
bonjour,

je souhaite savoir comment je peux faire
car j'ai deux détecteurs et 29 luminaires.

le 16 mai 2011 à 21h25
Site ou blog
Freud
Bonjour,

"que se passe t il si quelqu'un actionne l'interrupteur alors que le détecteur est en marche ? la phases est aux 2 bornes de l'interrupteur : Court circuit."

Faux : phase/phase n'est pas un court-circuit puisqu'il s'agit de la même polarité. Ça n'a aucune incidence.
Si l'on suit votre logique les systèmes à minuterie et télérupteur comporteraient eux aussi des risques si deux personnes appuyaient en même temps sur un bouton-poussoir. Les boutons sont tous en parallèle, donc phase/phase également.

"je souhaite savoir comment je peux faire
car j'ai deux détecteurs et 29 luminaires."

C'est expliqué dans la 1ère partie, chapitre "Détecteur et circuits de natures différentes", sauf que dans votre cas ce seront des circuits de même nature mais le principe est le même. Un contacteur par disjoncteur, 8 lampes max par disjoncteur.

Cordialement
le 06 novembre 2011 à 17h49
Invité
Bonjour a tous

Quel chéma faut il pour 5 lampes avec un décteur de présence et un bouton poussoir en marche forcé?
le 07 novembre 2011 à 08h19
Site ou blog
Freud
Bonjour,

S'il vous faut un schéma le forum serait plus approprié pour faire votre demande.


Cdt
le 28 décembre 2011 à 17h56
Invité
Excellent travail, très utile
le 07 janvier 2012 à 11h20
Invité
Bravo tres clair meme pour un debutant j ai pu brancher un detecteur (6H entre la decision et le fonctionnement ).je vais maintenant m atteler a un detecteur pour shunter un va et vient.Grand merci .AB
le 18 janvier 2012 à 21h16
Invité
Bonjour,

Je dois installer 4 detecteurs avec va et viens dois je installer sur ce type d'installation à des commandes de contacteur de puissance.
le 20 janvier 2012 à 11h44
Invité
bonjour,
Très intéressant vos astuces pour les détecteurs.
J'en ai une autre à vous proposer à moindre cout:
un inter coupant l'alim (phase) du ou des détecteurs de présence avec minuterie incorporée.
explication:
votre inter allumé, vos détecteurs fonctionnent normalement.
votre inter éteint, plus rien (quand vous êtes longtemps absent ou plus besoin temporairement )
et enfin troisième possibilité:
stimuler la marche temporisé en agissant simplement sur votre inter en l'éteignant et le rallumant aussitôt.( repart sur la temporisation règlée initialement)
voili voualou
Hervé
le 27 janvier 2012 à 16h39
ejack
J'ai utilisé une autre alternative à l'inter 3 positions, qui offre aussi l'avantage de mettre hors service le détecteur et pour moins cher:
Pour désactiver le détecteur et couper son alimentation, et donc avoir la fonction d'arrêt, l'idée est d'ouvrir la phase L raccordé à celui-ci et non plus sa sortie L1.
On obtient donc la fonction d'arrêt des points lumineux et la mise hors tension du détecteur (absence prolongées par ex).
Reste à obtenir la marche forcée: c'est assez simple, il suffit d'utiliser un VV à la place de l'inter simple: la phase est donc en direct sur les luminaires, ou bien sur le détecteur... mais vous perdez la fonction d'arrêt ;o)... qu'importe, ajoutons un second inter qui permet de nouveau d'ouvrir la phase du détecteur au besoin...
Comme il est plus facile de trouver des VV que des inter simple, autant en prendre un avec voyant lumineux indiquant que le détecteur est actif (le neutre est donc raméné sur le voyant, cf le schéma du voyant en mode témoin). On raccorde le L de ce VV à la sortie 1 ou 2 du premier et la borne 1 au L du détecteur. Mais attention, il faut raccorder le neutre et le voyant par un dominos et non via la borne 2 du VV sinon il y a un risque de court-circuit si la marche forcé est manipulée pendant que le détecteur actif a fermé son relais L/L1 => si vous avez rien compris, un petit mailpost et je ferai un schéma publiable.
NB: la réactivation du détecteur provoque l'allumage en fonction du réglage de minuterie, même si rien n'est détecté dans le champ du détecteur.
le 27 mars 2012 à 08h47
bena
merci pour tous les renseignements fournis par ce forum
le 13 avril 2012 à 12h15
ph
il y a un erreur il me semble sur le schéma avec le bouton 3 position
sur la position 1 tu dois ouvrir le contact gauche vers le fil violet et bien fermer le contact droit vers le fil rouge
le 13 avril 2012 à 19h58
ProfilSite ou blog
Freud
Bonjour,

Non, c'est bien ainsi que fonctionnent les boutons tournants, ou je n'ai pas compris votre remarque.
Un mécanisme change l'état du contact lors de la rotation, du côté ou il est tourné. Donc il suffit de choisir de quel côté placer le NF et le NO, selon le fonctionnement voulu.

Cdt
le 29 juin 2012 à 17h53
Henri
Bonjour, comment fonctionne votre dernier shéma avec la minuterie ?
Apparement, le module de présence ne peut être mis en svc qu'en appuyant d'abord sur un poussoir. Quid alors du fonctionnement auto détecteur de présence ? Merci de vos éclaircissements. Henri.
le 29 juin 2012 à 18h58
ProfilSite ou blog
Freud
Bonjour,

@Henri
Le détecteur est alimenté en permanence entre phase et neutre (rouge et bleu).
Les contacts en sortie du détecteur et de la minuterie (retours de lampe en orange) sont tous les deux reliés en parallèle.

Les lampes seront donc alimentées soit par la minuterie, donc les BP, soit par le détecteur.

S'il faut faut d'avantage de précisions ou des schémas complémentaires préférez plutôt le forum de discussion. Les échanges s'en trouveront facilités et nous pourrons vous joindre des images.

Cdt
le 16 novembre 2012 à 16h50
bouakil
Bravo pour la présentation de cet article très bien fait et très clair à suivre.
le 15 février 2013 à 08h21
Fred
Merci pour ce schéma clair et précis.
Je comprends enfin le fonctionnement d'un détecteur de mouvement.
Félicitation pour la réalisation des dessins et de sa mise en page simple et efficace.
Merci
le 24 février 2013 à 16h22
Tistet
Bonjour,
est-il possible d'avoir, les deuxieme et troisiéme schémas ( les petits sur la gauche) dessinnés façon implantation sur site, avec boites de dérivation?
c'est exactement ce qu'il me faut. Si quelqu'un veut bien perdre un peu de son temps pour un néophyte qui apprend déjà beaucoup, grace à votre site et sa communauté. Merci
le 26 février 2013 à 11h08
ProfilSite ou blog
Freud
Bonjour Tistet,

Est-ce vraiment utile ? Prenons l'exemple du 1er de ces schémas.
- 4 fils partent du tableau vers la BD.
- 3 du détecteur vers la BD
- 2 des lampes vers la BD
- 2 de l'inter vers la BD

Si comme sur le schéma vous différenciez bien les couleurs, il ne vous reste plus qu'à relier entre eux les fils d'une même couleur.

Le second schéma est plus complexe car on se retrouve avec 3 sources d'alimentation. Le tout est de bien repérer vos fils ou vos câbles.
Par exemple les fils rouge et bleu du disjoncteur C2 bagués ensemble (avec le fil orange) avec du scotch d'une couleur, ceux du 1er C10 d'une autre couleur, etc. Notez au fur et à mesure à quoi correspondent les couleurs choisies, puis suivez le schéma à la lettre.

A noter que seul le bleu et le vert-jaune sont réglementés. Autrement-dit vous pouvez par exemple utiliser du fil marron pour une phase, du noir et du rouge pour les deux autres. Scotchez-les avec leurs neutres respectifs pour ne pas les inverser et le tour est joué.

Côté boite repérerez les gaines avec de la "bande cache" de peinture par exemple et un marqueur (lampes, détecteurs, tableau, inter).

Tout est dans l'art du repérage. Deux précautions valent mieux qu'une, aussi lorsque vous passez au raccordement, si vous devez enlever un repère quel qu'il soit replacez-le pour d’éventuelles modifications futures. N'hésitez pas non plus à laisser un petit schéma à l'intérieur de la boite avec la correspondance des couleurs.

S'il vous faut d'autres informations ou si vraiment vous avez besoin de schémas, passez plutôt par le forum pour faire votre demande. Les commentaires ne s'y prêtent pas.

Cdt
le 01 mars 2013 à 15h24
crouail
bonjour,
je trouve ce site super bien fait , j'ai trouvé toutes les réponses à mes questions , avec des schémas bien faits !!!
merci , cela m'a bien aidé !!
le 18 avril 2013 à 18h55
Jean-Yves Grossiord
Bonjour,
Je fais référence à votre premier schéma avec deux modules C10. L'un est connecté en L pour la marche avec détection de présence. Le second est connecté en L1. Dans ce schéma, il y aurait soit 220 V en L et 0 V en L1 (détection de présence), soit 220 V en L et L1 ou 0 V en L et 220 V en L1 (marche forcée) selon l'état des interrupteurs C10. Ce montage est-il possible ? Merci d'avance de me le confirmer. Bien cordialement. JYG.
le 19 avril 2013 à 15h47
ProfilSite ou blog
Freud
@Jean-Yves Grossiord,

Bonjour,
Les modules C2 et C10 sont des disjoncteurs (calibres 2 et 10 ampères) et doivent rester enclenchés. Les fils rouges reçoivent donc toujours 230v, hormis ceux vers les lampes à condition que leurs contacteurs respectifs soient enclenchés.
De plus vous parlez d'un C10 qui alimente les bornes L des détecteurs hors c'est un C2.

Cordialement
le 08 juin 2013 à 10h50
tourneur
Bonjour, pour le 3ème schéma, faut-il obligatoirement utiliser des contacteurs de puissance pour pouvoir brancher 2 détecteurs avec un marche forcé par interrupteur?

PS, je viens de découvrir votre site et le trouve très bien fait. Félicitation.
le 10 juin 2013 à 11h37
ProfilSite ou blog
EElec
@tourneur

Bonjour,
Non effectivement, nous aurions dû le préciser (ce sera corrigé). En partant de cet autre schéma vous ajoutez juste un interrupteur entre les fils rouges et oranges.

Et merci pour les encouragements ;)
Cordialement
le 16 mars à 19h40
will
bonjour,

dans le cas de la marche forcee combinee a l'arret force :

Comment ce fait il qu il n y ait pas de court circuit dans le cas suivant:
Contact interne detecteur ferme + interrupteur marche force ferme + interrupteur arret ouvert .

Merci ... super site bravo
le 19 mars à 10h24
ProfilSite ou blog
Freud
Bonjour will,

Les fils rouges et oranges sont au même potentiel, donc rien ne se passe. Je vous invite à lire le chapitre "La différence de potentiel" de ce cours sur la tension.
Il y a court-circuit lorsque phase et neutre sont en contact direct.

En analysant le schéma différemment vous verrez que le neutre (bleu) n'est relié qu'à la borne neutre du détecteur et aux lampes. Aucun court-circuit n'est possible quelque-soit la combinaison des interrupteurs.

Cdt (et merci)
Joindre un commentaire



Certaines informations sont manquantes ou invalides